Round suivant: le 15 juin, pour récupérer les enfants

Publié le par pedophilie-castres

Sandrine n'a pas été envoyée en prison, mais elle n'a toujours pas récupéré ses jumeaux, qui vont de plus en plus mal dans la famille d'accueil dans laquelle ils sont placés. Ils ne voient leur mère qu'une heure et demie par mois, toujours en présence d'une éducatrice qui a juré d'empêcher Sandrine de communiquer réellement avec eux. Vendredi prochain, 15 juin, Sandrine sera devant la juge des enfants (la même qui était présente à l'audience du 6 juin, G. K?) pour savoir si elle pourra reprendre ses droits sur eux et même les avoir avec elle au moins la moitié du temps.

 

Mais, ne rêvons pas: Sandrine n'ayant actuellement ni logement à son nom, ni travail, la Justcie ne lui donnera pas la garde de ses enfants, d'autant que l'instruction cocnernant la plainte de Julie est toujours en cours, du moins officiellement. Toutefois, Sandrine, qui a été privée de son autorité parentale comme le sont les pires assassins du pays (et encore), espère qu'on la lui rendra.

Voici le fluyer de l'appel à la mobilisation pour ce vendredi 15 juin, même endroit que le 6, mais à 13h30.

 

Flyer-1---CASTRES---15-juin.jpg 

Flyers-2---CASTRES---15-juin.jpg

Leur père dit qu'il veut récupérer ses enfants, mais depuis un an il les laisse en famille d'accueil sans se montrer pressé de les avoir avec lui à temps plein. Il n'était d'ailleurs même pas présent à l'audience du 6 juin, et son avocate n'a même pas jugé bon d'intervenir!

 

Si Sandrine ne peut récupérer ses enfants dans l'immédiat, elle demande qu'au moins ils soient protégés: en effet, ils vont désormais chez leur père le week-end. Et Aude, la cadette, n'est pas des plus épanouies malgré (à cause de?) ce rapprochement paternel, appelé de toutes leurs forces par les services sociaux.


Commenter cet article