Comparution le 1er février et risque d'emprisonnement

Publié le par pedophilie-castres

Faisons le point sur la situation de Sandrine en ce début d'année 2012.


La prochaine échéance pour elle et ses enfants, ce sera dans un mois. Date à laquelle elle devra comparaître à Castres pour l'enlèvement de ses enfants. Bien qu'à l'époque elle n'ait jamais été au courant des procédures lancées contre elle, la Justice ne lui laisse aucun recours.


La Justice va donc la condamner à nouveau à de la prison ferme, pour avoir soustrait ses enfants aux décisions de Justice, car elle a voulu les protéger d'un père qui abuse d'eux. Et elle se demande même si elle ne risque pas d'être internée d'office sous un motif fallacieux, ce qui n'est en effet pas impossible non plus.

 

Dans cette affaire comme dans tant d'autres, la Justice considère que les enfants mentent, de même que leur mère et les proches qui tentent de les protéger.

La sensation de ne pas pouvoir assurer la sécurité de ses enfants ronge notre mère de famille. Devra-t-elle laisser ses jumeaux vivre définitivement chez leur père, séparés de leur soeur aînée? Que va-t-il arriver à Julie, qui est encore mineure? Sera-t-elle placée?

 

Le 1er février, Sandrine comparaîtra devant les mêmes juges que ceux qui l'ont envoyée au diable depuis des années.  Il est essentiel que d'ici là, une mobilisation se mette en place. Il faut absolument qu'en France, la Justice cesse d'ignorer les crimes sexuels sur les enfants. Pourtant assimilés à un crime contre l'humanité selon les textes internationaux.

 

Si vous êtes dans la région de Castres ou que vous pouvez vous déplacer, n'hésitez pas à nous contacter. Nous vous donenrons toutes les informations sur l'affaire et sur le 1er février.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article